Bekhet-Ata, le lieu saint.

Bekhet-Ata

C’est une mosquée souterraine. C’est un haut lieu de l’Islam pour toute l’Asie centrale.

Mais, son emplacement n’est inscrit nulle part. Dans les guides, le seul conseil, aller à Shepte (313 kms), prendre un guide local avec un 4×4 et se faire 120kms de désert pour rejoindre la mosquée. Les guides précisent que la route est difficile. C’est normal, cela participe au pèlerinage. Les « souffrances » endurées durant le trajet sont une offrande à Allah.

En prenant des informations dans différents guides, nous sommes parvenus à « trianguler » une position très approximative.

A Beney, on nous explique qu’il y a une route à la sortie de la ville qui mène tout droit à la mosquée.

A la sortie de la ville, nous découvrons une très ancienne mosquée qui appartient à un groupe d’édifices réalisés sous la houlette du même saint homme, Beket-Ata. Ce bâtiment ressemble plus à un  » monastère  » . De toutes petites cellules, une petite salle de prière, tout cela perdu au milieu de rien.

Nous continuons notre route et là, stupeur, nous voyons un petit panneau « Bekhet-Ata     140kms »

Une piste part dans le désert. Nous hésitons un peu je l’avoue. D’un côté, la peur de l’inconnu, de l’autre les réponses négatives à nos demandes de guides et un trajet deux à trois fois plus long.

Nous avons le plein d’eau, de gasoil, il fait beau…. On tente. Par précaution, je relève la position GPS de notre « sortie de route » et le cap (en cas de demi-tour …) et c’est parti. Les premiers mètres sont délicats mais ensuite la piste s’améliore vraiment. Mais cela reste une piste…

Jeff a installé un compas de marine sur le tableau de bord, nous en avons eu bien besoin.

Cette mosquée se mérite. Un panneau tous les 40kms et un piquet tous les 20kms. Il faut une navigation « aux petits oignons » pour les trouver. Pendant plus de deux jours, nous n’avons vu que des chameaux et encore de loin.

Plusieurs fois, nous avons eu l’impression d’être perdus. Pas de réseau, pas de téléphone. En cas de gros problème, nous avons une balise de détresse satellitaire. Cela nous tranquillise tout de même…. On a continué au cap en espérant que l’esprit du saint homme nous guiderait. Et nous sommes arrivés, très fiers de nous, pour découvrir qu’une nouvelle route desservait l’édifice. Ce n’était ni sur le GPS, ni sur la carte papier, la route étant encore en cours de construction et goudronnée sur peu de kms comme nous le constaterons en repartant. Qu’importe, nous étions heureux d’avoir vécu cette sensation d’infini et de solitude absolue….

L’accueil des pèlerins se fait dans des bâtiments sur un grand plateau rocheux. Un jardin avec des bancs permet de patienter avant de descendre à la mosquée et d’admirer  le point de vue magnifique. La mosquée n’est ouverte que de 6h à 9h et de 15h à18h. Nous sommes arrivés en dehors de ces heures et avons déambulé dans les environs, jusqu’à ce qu’une personne nous accoste et nous invite très cordialement à entrer dans l’espace pour les pèlerins.

Nous étions un peu inquiets de savoir si nous pourrions accéder à la mosquée. A Jérusalem, tous les lieux de prières  musulmans étaient interdits aux « infidèles ». Ici, rien de cela. Nous avons été invités à boire et à manger, à nous reposer dans les salles communes (une salle homme, une salle femme). Les gens étaient souriants, attentifs et nous nous sommes sentis extrêmement bien accueillis. Comme si notre démarche de visiter ce lieu était  considérée comme un honneur pour eux. Vraiment, je n’ai pas senti de malaise, même quand l’imam a appelé tout le monde pour une prière « préparatrice » à la descente vers le lieu saint.

J’ai fait peu de photos des lieux et des gens. Je suis très respectueuse des pèlerins et refuse le « voyeurisme ». Vous aurez droit à des photos des extérieurs, de la descente et à trois photos de l’intérieur de la mosquée que j’ai  « volées » à un autre voyageur.

La descente a été plutôt facile même si les glissades ont été fréquentes. Mais chaque mètre descendu allait devoir être remonté…Cela m’inquiétait un peu… Nous sommes descendus pendant 45 mns…

Ce qui m’a le plus surprise, c’est de voir de très vieilles personnes, marchant très mal, avec cannes, parfois obèses et qui se lancent dans cette descente, sourire aux lèvres. A mi chemin, une source d’eau semble avoir des pouvoirs de guérison. Les familles viennent y remplir des bidons qu’il faut ensuite remonter…

L’entrée du sanctuaire se fait 10 par 10. Une nouvelle prière, installés tous par terre avec l’imam, on passe dans la chambre de l’ermite, il faut passer sous le bâton et ensuite ressortir assez vite car les autres pèlerins attendent. Dans le sanctuaire et lors de la remontée, les gens étaient souriants, comme si nous venions de partager un grand moment ensemble. La dimension religieuse n’y étaient pas pour nous mais nous avons tout de même ressenti une certaine communion. Belle expérience.

Pour d’éventuels futurs voyageurs voilà les coordonnées géographiques de la mosquée :

N45.595527 E54.082119

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s