Direction la Russie

Le lendemain matin, nous attaquons la centaine de kilomètres qui nous séparaient de la frontière. Déjà la veille, nous avions remonté sur des kilomètres une file de camions arrêtés sur le bas côté quand ce n’était pas sur la route. Dans la matinée, cela a recommencé. Nous avons compris pourquoi plus loin quand nous avons attaqué la montée sur le col situé à 2395m. La route étroite, défoncée, entre deux murs de neige de 1.5 m ne permettait que difficilement les croisements de deux camions. La circulation était donc alternée mais sur plusieurs heures. Les paysages étaient sublimes. Le grand Caucase est magnifique mais quel stress à la descente. Il y a plusieurs tunnels en ogive, dont on ignore la longueur, sans lumière, sans aération et où pour le coup le croisement était impossible à cause de la hauteur sur les côtés. Pas de feux de signalisation, donc l’entrée dans le tunnel se faisait après observation de la circulation dans les lacets suivants. Cela tenait de la roulette russe. On a respiré bien fort quand la série de tunnel s’est interrompue.

On a continué à rouler et on a réussi à s’approcher de la frontière en suivant la file « voiture » comme pour chaque frontière passée jusqu’alors. Arrivés à une vingtaine de mètres des barrières, un soldat nous arrête et nous fait signe de faire demi tour et de prendre la file des camions. On sort, ouvre la cellule pour lui montrer qu’on est camping-car et lui montrant qu’on ne comprenait rien de ce qu’il nous disait, on attend. En désespoir de cause, il nous laisse passer mais son collègue un peu plus loin, nous fait parquer avec les camions. Pas grave, il n’en restait que deux devant ! Arrive notre tour de passer. Un douanier nous fait signe de descendre tous les deux et nous envoie à un guichet. Jusque là, tout va bien. C’était sans compter avec le logiciel de reconnaissance employé par la douane. Jeff a fait son passeport en 2012, avec une photo qui avait peut-être deux ou trois ans d’ancienneté. Sur la photo, il a les cheveux courts, le bouc bien taillé. Là, il s’est présenté avec son catogan, une barbe hirsute et quelques années de plus. Pas de corrélation donc … problème. La douanière a essayé plusieurs fois de faire passer son passeport, a appelé un premier collègue, un deuxième, un troisième … Pour finir, un monsieur en civil, parlant assez bien anglais, nous a invité à le suivre dans les bureaux. Et là, après pas mal d’attente dans une petite salle sans fenêtre, qui puait la transpiration, Jeff est appelé pour un interrogatoire assez invasif mais sur un ton très courtois. Après, ce fut mon tour. Après encore une attente, il nous a accompagné de nouveau au guichet et nous avons eu nos passeports. Bon, ça, c’est fait. La fouille de Bidouille a été succincte, mais il restait les formulaires d’importation temporaire du camion … Et un bel embouteillage de camions dans tous les sens qui nous coinçaient pour quitter enfin la zone après plus de quatre heures. Pour la prochaine frontière, Jeff devra se raser …

Avec tout cela, nous sommes arrivés bien plus tard que prévu à Vladikavkaz, mais nous avons réussi à trouver un distributeur de roubles et, avec l’aide d’un policier, les cartes sim pour les téléphones. Et oui, sans internet, on est un peu perdu …

Arrivé en Russie, il faut se faire enregistrer auprès du service de l’immigration, soit dans ses bureaux, soit dans un hôtel. On a donc pris une chambre d’hôtel mais la réceptionniste n’avait aucune idée de ce qu’elle devait faire et n’avait pas trop l’intention de chercher. On a insisté lourdement et une collègue est venue à sa rescousse. On nous a fourni un formulaire qui tient plus de la note d’hôtel qu’autre chose mais on s’en contentera. On a quand même essayé de trouver le bureau en question mais l’adresse récupérée sur internet nous a menée dans une cité bien sordide alors, on va laisser tomber.

Personne ne parle anglais dans le coin. La frontière a été fermée pendant des années donc il n’y a pas de culture touristique. Ce midi, nous avons mangé dans un restaurant assez important, au centre ville. Le serveur a appelé une amie russe installée à … Toulouse pour servir d’interprète !!!

Les russes comme les géorgiens sont d’un abord assez froid, mais quand vous demandez de l’aide, ils font tout leur possible pour vous aider. Le traducteur français-russe que j’ai installé sur le téléphone ne fonctionne que pour nous car pour nous répondre, il n’y a pas de clavier en cyrillique… Donc ils peuvent nous comprendre mais nous on doit deviner les réponses…

3 réflexions sur “Direction la Russie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s