Coucou !

Nous ne sommes pas morts…. Mais depuis Bekhet-Ata, nous avons des tas d’ennuis. Ils se résolvent un par un et on continue tant bien que mal notre retour vers la France. Nous sommes à 120kms à l’est d’Istanbul. Nous allons bien, même si les nerfs sont éprouvés par les diverses péripéties que nous traversons. Je vous raconterai en détail, mais plus tard. Une amie m’a fait remarquer que mon silence était source d’inquiétude pour certains de ceux qui nous suivent. Alors voilà. On va bien, on ne s’est pas encore écharpé, et seul notre escargot nous cause du souci. Mais, on va s’en sortir. Faites la réserve de glaçons et de gâteaux d’apéro, on arrive dans ….2600 kms….

Bekhet-Ata

Bekhet-Ata est un ensemble de 4 mosquées fondées par un sage . L’une d’elle est souterraine et très réputée. En revanche, peu d’information sur sa localisation. Dans les guides, ils préconisent de s’adresser aux agences et taxis et d’avoir un bon guide…Nous partons en direction de Shetpe pour essayer de trouver un guide mais sur la route, on aperçoit une petite pancarte désignant une piste, Bekhet-Ata 140 kms. On y va ou pas ?

On a le plein de carburant, d’eau…. on y va. 140 kms de désert. La difficulté principale était de suivre la bonne trace…. Un piquet tous les 20 kms, une mini pancarte tous les 40 kms. Nous étions très satisfait de voir ces points de repère, modestes mais qui prouvaient que nous étions sur la route. Le soir, nous avons bivouaqué en plein désert. Dans la journée, nous avons croisé des dromadaires, des squelettes de dromadaires et des oiseaux.

Le lendemain, nous arrivions à Bekhet-Ata, pas peu fiers de nous, pour s’apercevoir qu’une route toute neuve (pas encore goudronnée ) arrivait jusque là ! Qu’importe, cette ballade nous a fait une belle expérience pour la suite.

Me revoilà….

La plupart d’entrevous savez que nous avons pris la décision de mettre un terme à notre voyage. La boucle n’ira pas jusqu’en Mongolie mais jusqu’au Kazakhstan, ce n’est pas si mal déjà…J’ai beaucoup de mal à « digérer » cette décision, même si elle est inévitable. La mécanique n’est pas en cause,même si en ce moment, nous sommes dans l’attente de garniture de freins arrière. C’est le sol de la cellule qui s’effondre. Le constructeur a été trop confiant envers son fournisseur quand aux propriétés du sol auto-portant…..

Quand on parlait de ce voyage entre nous, Jeff avait fait la remarque : si nous devons renoncer, aurons nous la lucidité de le faire. Nous l’avons…. Il m’a fallu deux jours pour arrêter de pleurer. Cela n’avance à rien. Alors, c’est reparti. Il faut organiser le retour et la Mongolie tout de même mais en avion. Nous avions des réservations là-bas et nous avons promis à Philip, notre fils handicapé, que nous l’emmènerions voir le Nadaam. Nous allons tenir cette promesse….

Pour rentrer, nous allons prendre le bateau entre Aktau et Bakou, traverser l’Azerbaïdjan, la Géorgie, le nord de la Turquie puis la Bulgarie, la Serbie, la Slovénie et le nord de l’Italie. Evidemment si nous avons le visa pour l’Azerbaïdjan…. Nous prendrons les grandes routes et autoroutes pour essayer de ménager au mieux la cellule.

Je ne me sens pas très en verve aujourd’hui. Je vais mettre les dernières photos que nous avons faites avant de tomber en rade. Depuis dimanche (nous sommes vendredi) nous sommes dans une cour de garage dans la zone industrielle de Zanahozen. Pas top. Pas de boutique alimentaire, pas de café….. j’ai dû refaire du pain et je déstocke les boîtes de conserve que j’avais gardée pour la Mongolie. Le temps est loooonnnng ! Même pas de bière pour continuer mon étude comparative. Le néant !

Ananuri en Géorgie

Après nous être baladés à Lagodekhi, à l’extrême est de la Géorgie, nous prenons la direction de la frontière russe. On s’est arrêté à Ananuri, une ancienne place forte dont il ne reste que quelques fortifications et une vieille église très belle. Plusieurs cars de touristes étaient arrêtés là et un petit marché avec des produits locaux et les babioles souvenirs se tenait dans des stands de fortune.

Nous avons passé la nuit à côté de ce qui aurait dû être une belle rivière mais il ne subsistait qu’un pauvre filet d’eau au milieu d’un champ de galets.

confiserie géorgienne

En plus d’essayer les pains, bières, vins et plats divers, j’ai testé cette sucrerie. Des noix enfilées sur une cordelette et trempées dans un sirop de sucre et jus de raisin. C’est bon, si on aime les noix. Jeff n’est pas fan. J’ai été contrainte de tout finir !!! 😉

Vladikavkaz

C’est une ville plutôt jolie, avec quelques beaux bâtiments et une rivière dont nous n’avons pas compris le nom.