Coucou !

Nous ne sommes pas morts…. Mais depuis Bekhet-Ata, nous avons des tas d’ennuis. Ils se résolvent un par un et on continue tant bien que mal notre retour vers la France. Nous sommes à 120kms à l’est d’Istanbul. Nous allons bien, même si les nerfs sont éprouvés par les diverses péripéties que nous traversons. Je vous raconterai en détail, mais plus tard. Une amie m’a fait remarquer que mon silence était source d’inquiétude pour certains de ceux qui nous suivent. Alors voilà. On va bien, on ne s’est pas encore écharpé, et seul notre escargot nous cause du souci. Mais, on va s’en sortir. Faites la réserve de glaçons et de gâteaux d’apéro, on arrive dans ….2600 kms….

Bekhet-Ata

Bekhet-Ata est un ensemble de 4 mosquées fondées par un sage . L’une d’elle est souterraine et très réputée. En revanche, peu d’information sur sa localisation. Dans les guides, ils préconisent de s’adresser aux agences et taxis et d’avoir un bon guide…Nous partons en direction de Shetpe pour essayer de trouver un guide mais sur la route, on aperçoit une petite pancarte désignant une piste, Bekhet-Ata 140 kms. On y va ou pas ?

On a le plein de carburant, d’eau…. on y va. 140 kms de désert. La difficulté principale était de suivre la bonne trace…. Un piquet tous les 20 kms, une mini pancarte tous les 40 kms. Nous étions très satisfait de voir ces points de repère, modestes mais qui prouvaient que nous étions sur la route. Le soir, nous avons bivouaqué en plein désert. Dans la journée, nous avons croisé des dromadaires, des squelettes de dromadaires et des oiseaux.

Le lendemain, nous arrivions à Bekhet-Ata, pas peu fiers de nous, pour s’apercevoir qu’une route toute neuve (pas encore goudronnée ) arrivait jusque là ! Qu’importe, cette ballade nous a fait une belle expérience pour la suite.

Me revoilà….

La plupart d’entre vous savez que nous avons pris la décision de mettre un terme à notre voyage. La boucle n’ira pas jusqu’en Mongolie mais jusqu’au Kazakhstan, ce n’est pas si mal déjà…J’ai beaucoup de mal à « digérer » cette décision, même si elle est inévitable. La mécanique n’est pas en cause, même si en ce moment, nous sommes dans l’attente de garniture de freins arrière. C’est le sol de la cellule qui s’effondre. Le constructeur a été trop confiant envers son fournisseur quand aux propriétés du sol autoportant…..

Quand on parlait de ce voyage entre nous, Jeff avait fait la remarque : si nous devons renoncer, aurons nous la lucidité de le faire. Nous l’avons…. Il m’a fallu deux jours pour arrêter de pleurer. Cela n’avance à rien. Alors, c’est reparti. Il faut organiser le retour et la Mongolie tout de même mais en avion. Nous avions des réservations là-bas et nous avons promis à Philip, notre fils handicapé, que nous l’emmènerions voir le Nadaam. Nous allons tenir cette promesse….

Pour rentrer, nous allons prendre le bateau entre Aktau et Bakou, traverser l’Azerbaïdjan, la Géorgie, le nord de la Turquie puis la Bulgarie, la Serbie, la Slovénie et le nord de l’Italie. Evidemment si nous avons le visa pour l’Azerbaïdjan…. Nous prendrons les grandes routes et autoroutes pour essayer de ménager au mieux la cellule.

Je ne me sens pas très en verve aujourd’hui. Je vais mettre les dernières photos que nous avons faites avant de tomber en rade. Depuis dimanche (nous sommes vendredi) nous sommes dans une cour de garage dans la zone industrielle de Zanahozen. Pas top. Pas de boutique alimentaire, pas de café….. j’ai dû refaire du pain et je déstocke les boîtes de conserve que j’avais gardée pour la Mongolie. Le temps est loooonnnng ! Même pas de bière pour continuer mon étude comparative. Le néant !

Le Nozym

Le Nozym est la fête nationale du Kazakhstan et correspond à l’arrivée du printemps. Nous avions prévu de partir ce matin mais finalement, la curiosité nous a poussés à rester un jour de plus. Nous arrivons sur la place principale de la ville. Des yourtes sont installées. Nous sommes invités à entrer. Un homme se tient à l’entrée avec une carafe d’eau et un petit bassin pour qu’on se lave les mains. On enlève les chaussures et on rentre avec une petite hésitation à cause du chien. Mais nous voyant sur le point de ressortir, Evi est conviée. Je la pose dans mon sac près de moi. Elle ne bouge pas. La yourte se referme. Nous voilà assis sur des coussins posés par terre, à table avec des inconnus, tous contents d’avoir des invités hors normes. La table était recouverte de plats divers. On a goûté à plusieurs choses et notamment au thé au lait qui servait de boisson. Les femmes servaient, les hommes mangeaient. Discours, Jeff en a fait un en français, prières, photos et tout à coup, tout le monde se lève et sort . La yourte est de nouveau ouverte et de nouveaux convives s’installent. C’est la même chose dans les autres yourtes. Certaines sont réservées aux femmes et aux enfants.

Nous nous baladons sur la place pour écouter les artistes qui se produisent. La musique kazakh est plutôt harmonieuse. Elle n’attaque pas nos oreilles occidentales et donne envie de danser. Notre promenade a été écourtée car Evi était extrêmement sollicitée par les enfants et pas toujours en douceur. Nous étions apostrophés et attrapés tout le temps pour faire des selfies. On a même été interviewé par la télé ! Des stars mais c’est pesant au bout d’un moment. On a ramené Evi au camion. Nous y retournerons dans la soirée, il y a un concert.

Beyneu

Nous attaquons la route vers Beyneu avec une grande angoisse. Si les 430 kms à faire doivent ressembler à la route de la frontière, cela va être infernal. Heureusement, nous trouvons une route plutôt bonne malgré des passages de « vagues ». Jeff arrive mieux à les repérer et freine avant pour éviter les « décollages ». Nous arrivons en fin de journée, sans avoir eu besoin d’escale. Si, une seule, il est difficile de trouver des containers poubelles. Nous nous sommes arrêtés sur un espace où il y avait poubelles et toilettes. Jeff a testé. C’est une expérience qu’il ne renouvellera pas….

L’accueil ici a été bien meilleur. Des jeunes sont venus spontanément à notre rencontre, des enfants ont testé leurs trois mots d’anglais. Une prof d’anglais nous a proposé de rencontrer ses élèves (vous imaginez les Grands, votre mère en exemple pour l’anglais !!!!). Un artiste local nous a emmenés voir son atelier. Nous suscitons beaucoup de curiosité bienveillante.

Les cimetières sont plus repérables que les habitations….


Le Kazakhstan, Atyrau

Ce qu’il y a de plus difficile ici, c’est de trouver des gens qui parlent anglais. Les premières rencontres dans les villages entre la frontière et Akystau ont été très décevantes.

Pas de sourire, aucune tentative pour nous aider. Cela nous a fait un choc après l’accueil au Daghestan. De plus la route est POURRIE. Plus jamais je ne me plaindrai des routes françaises. L « autoroute » qui nous suivions est la route principale entre Astrakhan et Atyrau. Cela tient plus du chemin vicinal mal entretenu (mais en plus large) que d’une simple route. En plus, la nuit avait été pluvieuse. De la boue partout, comme si on roulait sur de la neige tassée. Ce fut très éprouvant pour le chauffeur et le reste de l’équipage. La monture a souffert également malgré toutes les précautions prises par Jeff.

Au Kazakhstan, il faut s’enregistrer, comme en Russie. Nous avions eu des problèmes en Russie car nous avions choisi un petit hôtel peu habitué à recevoir des étrangers. A Atyrau, nous décidons de descendre dans un palace (une fois n’est pas coutume !) pour avoir le service. Au début, les réceptionnistes ont juste proposé de nous appeler un taxi pour nous rendre au bureau de l’immigration. Puis le propriétaire est arrivé et tout a changé. Nous avons été accompagnés, (chauffeur et interprète) à l’enregistrement, mais aussi chez un assureur pour le véhicule et au magasin pour faire activer nos cartes sim. Sans eux, nous n’aurions pas réussi….

Le Sultan Palace ! Très bel établissement. Le propriétaire est allé en France et a conçu son hôtel avec de fortes influences françaises. C’est fastueux mais pas kitchissime. Piscine, lit plus que king size dans lequel j’ai mal dormi car Evi a dû rester dans le camion. Ici, les chiens ne sont acceptés nulle part…. La piscine et le sauna nous ont fait du bien. Le massage de la tête et des épaules a commencé au niveau des reins ! On garde encore aujourd’hui des douleurs résiduelles de l’action tonique de la masseuse ! Pour 135€ chambre, cocktails, repas et vin italien. Une petite oasis de luxe après cette route qui nous a fait douter du bien fondé de poursuivre….

Atyrau est une grande ville sans charme. On sent qu’elle se tourne vers la modernité et fait les choses en grand. Les bâtiments sont démesurés. Des rdc de 4 à 5 m de plafond, mais peu d’étages , des façades assez sobres mais avec colonnes. C’est plutôt joli mais quand on voit la pauvreté des campagnes, cela interpelle….

Quand on fait des courses sans rien comprendre aux étiquettes, on a parfois des surprises.

D’abord, j’ai trouvé du beurre salé. C’est ma dope ! Ma réserve n’était pas épuisée mais pouvoir renouveler le stock m’a fait grand plaisir.

Ensuite, j’ai pris un bocal d’œufs de lump pour des tartines un soir. Après avoir bataillé un grand moment pour l’ouvrir, on a constaté que c’était du caviar. Jeff en a mangé pas mal au Tadjikistan, il a bien reconnu. Obligé d’ouvrir la bouteille de vodka …

Nous testons aussi des bières mais avec parcimonie car au volant ici, le taux d’alcoolémie autorisé est zéro.

Sortir de Russie

Nous sommes arrivés à 16h15 dans la file des voitures pour passer la frontière. Il n’y a qu’une file pour sortir donc, c’est parfois aux camions de passer, parfois aux voitures. Très très lent…. Cela donne lieu à des altercations entre ceux qui attendent dans la file et ceux qui resquillent en passant sur les bas côtés. On a vu une femme saisir un parpaing pour menacer une voiture qui doublait…

Nous avons eu le droit à une fouille très minutieuse et des temps d’attente très longs. Notre escapade en zone militaire interdite en est peut-être la cause.

Sortie de Russie, 21h30 et entrée au Kazakhstan, 22h30. On s’est aperçu le lendemain que le douanier russe nous a braqué la lampe torche !!!

Heureusement, nous avons les liseuses pour passer le temps…

Traversée du Daghestan

Après la dislocation de l’URSS, le Daghestan a élu un président. Celui-ci a tenté de mettre en place des relations bilatérales avec la fédération de Russie. C’était sans compter sur les chefs de guerre musulmans intégristes qui ont formé des « émirats » avec la charia comme loi. Une guerre civile s’en est suivie mais l’intervention des séparatistes tchéchènes, eux aussi intégristes, a poussé le président à demander l’aide des Russes, qui ensuite sont restés et ont « annexé » le Daghestan. Les relations entre Russes et Daghestanais sont assez tendues.

Les Daghestanais sont très accueillants, comme les Turcs. Ceux qui parlent un peu anglais nous proposent leur aide et nous souhaitent la bienvenue.

En nous arrêtant dans un bouiboui le midi, nous nous sommes retrouvés à manger avec deux hommes qui étaient très curieux et très fiers d’avoir des Français à leur table. Grâce à google translateur, nous avons pu échanger, c’était très agréable. Nous sommes repartis avec en cadeau 3 bouteilles de vin du Daghestan, un rouge léger, très fruité mais pas sucré. Un vrai régal. Nous étions invités à les suivre pour aller pêcher la truite mais Jeff n’a pas voulu suivre.

Nous repartons en direction de Astrakhan, pour rejoindre le Kazakhstan. Sur l’autoroute, nous sommes surpris de devoir prendre un bac. La route passe sur un pont flottant …

A la recherche de la mer Caspienne

Armés de notre bel atlas, nous préparons notre prochaine étape. J’ai un petit papier avec la correspondance entre les alphabets cyrillique et latin. Je repère nos villes étapes et je traduis….Belle crise de rire…. En regardant la carte, nous voyons qu’à aucun moment nous n’allons être près de la mer. Qu’à cela ne tienne, nous allons faire un crochet de 70 kms pour y aller. Un peu étonnés de ne trouver trace d’aucun village de pêcheurs, nous décidons de constater de visu.

La veille, j’avais acheté 6 œufs, mais ils ne sont pas en boîte… Je demande à Jeff de s’arrêter devant une échoppe où se vendaient des ustensiles en plastiques. Je trouve ma boîte à œufs et demande combien. Et bien là encore, cadeau. Je remercie et m’apprête à remonter dans le camion quand je suis interpellée. C’était le monsieur du magasin avec deux tasses en plastique avec couvercle étanche, cadeau…. Du coup, je propose à sa femme de visiter la cellule. Elle fait un film, toute contente et me serre dans ses bras pour dire au revoir. Les gens du Daghestan sont d’un abord froid mais quel accueil, quelle générosité, et comme ils sont chaleureux !

Après une route merdique, on suit une piste en terre qui part plein est, la mer est par là et, on la trouve ! On gare le camion en évitant les ornières et en prenant garde de ne pas empiéter sur les pistes. A peine le moteur arrêté, un groupe d’hommes, la soixantaine, nous convie à boire une vodka. C’est un groupe d’amis qui vient passer une semaine dans la cabane, loin de leur femme, pour pêcher, boire et papoter entre hommes. La conversation est difficile, un seul parle un peu anglais, un autre un peu allemand, mais, nous parvenons à échanger. Vodka, gold fish (un poisson super bon dont on mange aussi les entrailles ), autres poissons grillés, mangés avec les doigts en buvant de la vodka. Génial ! Mais…..

La police militaire est arrivée. Examen des documents, fouilles en règles du véhicule. Les pêcheurs essaient d’intervenir pour que nous restions mais pas de négociation possible. On doit les suivre au QG. S’ensuit une ballade dans la lande pour se présenter à l’officier. On nous offre du thé ou du café, nous propose à manger et on rentre dans le bureau du chef. Il ne parle pas anglais mais un de ses soldats un peu. On commence l’interrogatoire. Tout le poste est venu nous voir ! Mais aucun ne pouvait vraiment assurer la traduction. A un moment, le chef ( capitaine ) demande à Jeff son boulot avant la retraite. Jeff répond contrôleur aérien dans l’armée de l’air française. Difficulté à comprendre en quoi ça consiste puis lui demande son grade. Jeff répond « lieutenant-colonel » et là, grand blanc. D’un coup le chef se lève, prend les papiers et nous fait signe de le suivre….dans son bureau, bien plus beau ( relatif ) avec des sièges bien plus confortables.

Il a fallu attendre un « traducteur officiel ». Elle ne parlait pas si bien que le jeune soldat mais elle avait autorité. On recommence l’interrogatoire, vous venez d’où, allez où, pourquoi, comment, travail, famille, voyages, etc….Après deux heures en leur compagnie, il nous a rendu nos passeports mais nous a fait raccompagner à 70 kms de là. Pas eu le temps de dire au revoir aux pêcheurs, pas le temps de prendre la mer en photo !

Les bords de la mer Caspienne sont considérés comme frontières stratégiques. Toutes présence étrangère aux locaux est interdite sur une bande de 5 miles le long de la côte. D’où, pas de village de pêcheur !!! Avec notre passé d’officier de l’armée de l’air, on les a fait flipper !

Arrivés à la ville, ils nous ont trouvé une place pour stationner, sur la parking d’une station service. Ce matin, trois hommes frappent à la porte et nous invitent au café dans la station. On accepte et s’engage une conversation surréaliste. Les hommes ne parlent pas anglais et on fait la conversation avec une personne au téléphone qui parle un peu français et traduit ensuite en russe. Trois minutes, ils ne prennent même pas le café et repartent nous laissant avec l’employée de la station. Je pense que c’était une petite contre-visite….

Grozny

Après Vladikavkaz, nous avons voulu visiter le site de Dargavs, la cité des morts. C’est un village abandonné qui date de 400 ans. Je n’en dirai pas plus, nous ne sommes pas parvenus jusque là. Si les deux poutrelles de béton servant de pont nous semblèrent praticables, de gros rochers s’étaient installés sur la piste en terre empêchant toute progression. Dommage….
Nous avons constaté que les bords de la rivière ou torrent qui passait là étaient très prisés des familles pour pique-niquer et faire des feux. Il faut dire que ce jour là, il faisait bon.

Le lendemain, nous partons pour Grozny, capitale de la Tchéchénie. Première surprise, beaucoup de cimetières musulmans. Deuxième, des maison ceintes par de hauts murs et des portails démesurés et fort bien travaillés . Après lecture des conseils pour les voyageurs du ministère de l’intérieur, nous avions décidé de ne pas trop lambiner dans ce coin. Mais, nous n’avions pas de carte routière de l’est de la Russie. Nous avons GPS et applications diverses, mais parfois, le bon vieux papier est utile. Armé de la tablette avec traducteur, nous partons dans un grand centre commercial. Ne trouvant pas de librairie, on s’adresse à un jeune pour avoir des indications. Il appelle une de ses connaissances qui nous amène lui-même à la librairie et explique notre besoin aux vendeuses. Pas de cartes routières mais un atlas, tout en cyrillique… On décide de prendre l’atlas mais de continuer à chercher une carte routière. En se présentant à la caisse, le jeune prend le ticket et nous fait signe de le suivre. Nous sortons, atlas à la main sans payer. Il nous accompagne au plus grand hôtel de Grozny et nous laisse en compagnie d’une splendide jeune femme qui parlait français. Elle a cherché partout des endroits qui pourraient avoir des cartes et nous a sorti plan, adresse et écrit en cyrillique ce que nous voulions. Nous retournons au premier magasin, pour payer l’atlas, mais les vendeuses nous disent que le jeune a payé pour nous, c’est un cadeau de bienvenue….

J’avais eu l’occasion de vivre ce genre de situation en Jordanie, il y a presque 40 ans. C’est typique de l’hospitalité musulmane. C’est moins vrai dans les régions touristiques, car là, c’est le « business ». Jeff le vivait pour la première fois, il était stupéfait.

En dehors de cette anecdote, Grozny est une très belle ville. Toute neuve puisque les Russes l’ont rasée il y a à peine plus de dix ans. Les urbanistes ont vraiment fait un joli travail. Beaucoup de parcs, d’aires de jeux pour les enfants, des trottoirs larges et des axes de circulations largement dimensionnés. C’est un vrai plaisir de se promener dans cette ville. Evidemment, les voies secondaires ne sont pas refaites, mais les immeubles d’habitation sont élégants et à taille humaine. Le centre ville est encore petit mais il y a des travaux partout autour.